Lignées mâles: l'influence de Kerjacques, via Chambon P (volet 6)

Le 09/06/2014
Certes concurrencée lors de ces deux dernières décennies par les courants de sang américain, la lignée mâle du chef de race Kerjacques reste tout de même bien présente, à travers son fils Chambon P et ses descendants.

 

L'étalon de la famille Pellerot est en effet toujours bien vivant, grâce à l'inusable Sancho Panca qui réalise cette saison sa 25e saison de monte, chez Joël Hallais, ce qui constitue probablement un record de longévité dans le genre. Ayant donné naissance à plus de 1 700 produits, qui ont déjà remporté en compétition plus de 40 millions d'euros, Sancho Pança compte aujourd'hui dix de ses fils au haras, les plus influents d'entre eux étant Elvis de Rossignol et le jeune Prince Gédé. Le premier cité, issu d'une jument américaine, se perpétue lui aussi par trois étalons, dont le très régulier Memphis du Rib. Le second, dont les premiers produits sont les "A",  revendique déjà une cinquantaine de gagnants et près de 750 000 euros de gains.

 

Autre fils de Chambon P, Le Loir n'a pas été aussi bon étalon que son fils prodige, Ténor de Baune, invaincu jusqu'au Prix d'Amérique 1991 (photo), et devenu  reproducteur à succès avec plus de 1 270 produis revendiqués. Le pensionnaire de JB Bossuet, disparu en 2010, et dont la chef de file n'est autre que la championne Roxane Griff, occupe en effet le top 10 des étalons sur ces vingt dernières années, avec plus de 35 millions d'euros gagnés par ses produits. Aujourd'hui, neuf fils de Ténor sont recensés au haras.

 

Deux autres fils de Chambon P ont été également intéressants méritent également d'être mentionnés, pour leur influence au haras. On pense évidemment à Sebrazac, père du champion Rêve d'Udon, qui aura tracé grâce à Historien et surtout Offshore Dream, double lauréat de Prix d'Amérique en 2006 et 2007. Sebrazac est également à l'origine du phénomène Général du Pommeau, lui aussi lauréat du Prix d'Amérique, mais plus décevant à la reproduction, Lontzac et Repeat d'Ombrée, eux aussi étalons. Vivaldi de Chenu, encore vivant et sur les rangs lors de cette saison de monte 2014,  a été également un étalon intéressant (25e au classement avec 20 millions d'euros de gains).   

Chargement en cours